Nom du navire :
AMPHITRITE
Anciens Noms (éventuels):
Navire labélisé en :
2017
Numéro d'immatriculation :
CH273751
Quartier d'immatriculation :

CHERBOURG
Type, série, ou nom local :
Vaquelotte
Protégé au titre des Monuments Historiques :
Non
Type de Navire :
Maritime
Architecte :
Chantier constructeur :
Bellot- Barfleur
Année de construction (ou de mise en service) :
1939
Genre à l’origine :
Pêche
Longueur hors tout :
6,5.07
Longueur coque :
6,07
Longueur flottaison :
5,25
Largeur Maître bau :
2,23
Tirant d’eau :
1,0
Tirant d’air :
8,0
Déplacement (en tonnes) :
2,5
Jauge administrative (en tonneaux) :
2,85
Coque : type de construction, matériaux, formes particulières... :
Construction classique, quille orme, étrave et étambot chêne, membrures et violons chêne, bordés sapin rouge, bordé haut- coeffe-tableau et couronnement chêne.Amphitrite n’ayant pratiquement pas eu de modification durant sa période de pêche, la restauration a pu être réalisée en conservant un maximum de bois existants et en étant très scrupuleux sur l’authenticité des éléments remplacés.
Pont et superstructures : description, matériaux :
Pontage avant (melèze) avec mataude traditionnelle et panneau de poste. Le tout calfaté.
Gréement : type, mâture, gréement courant, dormant, matériaux :
Gréement traditionnel des vaquelottes : Misaine au tiers amurée devant le mat (ne se gambeye pas), foc sur bout dehors, tapecul au tiers.
Voilure : description, surfaces, matériaux :
VOILURE Misaine ( 18,5m2 -3 bandes de ris -dacron)- grand foc (8, m2-coton) petit foc (3,2m2-coton) – tourmentin (2m2 dacron)– tapecul au tiers ( 6,8m2-lin) et tapecul triangulaire (lin)
Emménagements : description, matériaux :
Pontage avant
Moteur(s) : type, puissance, année :
sans
Témoignage humain :
Une des dernières vaquelottes construites au chantier Bellot de Barfleur en 1939.
Témoignage technique ou conceptuel :
Reconstitution du gréement à partir du collectage réalisé sur la côte Nord du Cotentin par François Pochon. Les lignes du bateau (forte quête d’étambot, finesse des lignes arrières, étrave droite) en font un excellent voilier. Différents essais de voilures, de réglages et de manœuvres, expérimentées en 20 ans de navigation sans moteur nous permettent d’apprécier les qualités et les limites de ce type de bateau au temps de la pêche à la voile.
Témoignage événementiel ou d’une activité révolue :
Article Chasse-Marée 133 (14 pages) Article dans le hors série Presse de la Manche été 2015 « Patrimoine Maritime »
Autres éléments remarquables :
Après plus de 20 années de navigation à la voile entre Carentan et Omonville avec son équipage familial, cette seconde vie de l’Amphitrite commence elle aussi à faire partie du patrimoine local, ses possibilités à la voile étant unanimement reconnues.
Chronologie des propriétaires, modifications ou rénovations importantes connues :
1939 construction – Henri RENOUF – Pêche cotiêre à Omonville la Rogue (casiers, lignes) 1960 (env) Louis SORIN (neveu d’Henri Renouf) reprend le bateau pour continuer le même métier. 1991 acquisition Anne MAHEUX- Yves PILON – passe en plaisance- Navigation à partir de 1992 TRANSFORMATIONS LIEES AU CHANGEMENT D’USAGE Bien que motorisée à la construction, Amphitrite a été construite sur les formes des vaquelottes à la voile. Le changement d’usage a consisté à reconstituer le gréement avec foc et tapecul et à réaliser quelques aménagements pour envisager de petites croisières (pontage avant, réchaud/cuisine sous les planchers à la place du moteur). Complément indispensable des bateaux non motorisés (permettant par exemple le remorquage en cas d’absence de vent ou les déplacements lorsque le bateau est au moulillage), une annexe a été construite, reprenant la forme de celle utilisée par Louis Sorin à Omonville.
Informations particulières : Article Chasse-Marée 133 (14 pages) Article dans le hors série Presse de la Manche été 2015 « Patrimoine Maritime »
Département :
50
Port d’attache habituel :
CHERBOURG