Nom du navire

DARJEELING

Année de labellisation

2018

Anciens Noms (éventuels)

DARJEELING

Numéro de francisation :

non francisé

N° Immatriculation

VA 340760 S

Quartier d'immatriculation

VA Vannes

Type, série, ou nom local

Monotype de Carantec

Protégé au titre des Monuments Historiques :

non

Année d’acquisition du navire :

2018

Genre :

Maritime

Usage à l’origine :

Plaisance

Mode de propulsion (à l'origine)

voile

Mode de propulsion (actuel)

voile

Architecte :

Charles Raillard

Chantier constructeur

Sibiril Carantec

Année de construction (ou mise en service) :

1976

Longueur hors tout :

4m95

Longueur coque :

4m50

Longueur flottaison :

4m40

Largeur Maître bau :

1m83

Tirant d’eau :

0,90m

Tirant d’air :

8m30

Déplacement (en tonnes) :

480 kg

Jauge administrative (en tonneaux) :

1,08 Tnx

Coque : type de construction, matériaux, formes particulières...

La construction de ce bateau est dans le style carantecois d’avant guerre, coque en forme à retour de galbord. Toutes les pièces sont en iroco. Les membrures sont, soit ployées en acacia, soitsciées en chêne. Les bordés, fixés par des rivets en cuivre sur les membrure, sont en acajou de 14mm. La quille est pourvue d’un lest en fonte de 200 Kg.

 

Coque : état actuel

Le bateau est en excellent état, il a fait l’objet d’une remise en état complet en 2011 au Chantier du Guip à Brest en 2011.

Pont et superstructures : description, matériaux

Le pont a été refait par l’entrée Chantier du Guip en contreplaqué marine de 10mm, il forme, sur une longueur de 1m à l’avant, un tillac fermé ou se logent, sacs à voile et ligne de mouillage.

A l’arriere, il couvre sur 0,40m, un coffre pouvant recevoir le petit matériel autour du tube de jaumière.

Les plats-bords de 15 à 20 cm, portent, outre taquets,filaires et planchettes servant de siège au barreur, un hiloire de 5 cm de hauteur qui limite un vaste cockpit traversé par un banc central.

Le bout-dehors, dépassant l’etrave de 45 cm, s’emboite Sur la bite d’amarrage. L’autre extrémité est maintenue par une sous-barbe vers le bas.

Pont et superstructures : état actuel

L’etat actuel du pont est parfait.

Gréement : type, mâture, gréement courant, dormant, matériaux

Le gréement de ce bateau est de type à houari, le mât est est en spruce de 6m70 vernis, il traverse le pont par l’étembrai et vient s’en loger dans l’emplanture situé sur la quille. Il est maintenu par l’etai fixé à l’extremité du bout-dehors et par deux haubans en acier, fixés sur des cadènes galvanisées.

Gréement : état actuel

Le gréement est en parfait état.

Voilure : description, surfaces, matériaux

La surface de voilure est d’environ 21 m2, se composant d’un foc de 3,50 m2, d’un génois de 6m2, et d’une grand voile aurique de 16m2.

les voiles sont en Tergal, le jeu de voiles date de 2011.

Voilure : état actuel

L’etat des voiles est parfait.

Emménagements : description, matériaux

il n’y a pas d’autres emménagements que les planchers en contreplaquétat marine et un banc central en acacia.

Emménagements : état actuel

L’etat des emménagements est parfait.

Moteur(s) : type, puissance, année

Le bateau est équipé d’un moteur hors bord de la marque Yamaha de 3,5 Cv, monté sur une chaise fixée sur le tableau arrière.

il à été révisé par le chantier Nautic’Iroise à Plougastel Daoulas et fonctionne bien.

Témoignage humain :

Ce bateau circulait en rade de Brest et s’inscrit dans la tradition des bateaux de Carantec. Le propriétaire était un dentiste de Brest , Monsieur Jegaden, qui en a fait la restauration.

Extrait du Livre de Jean Le Bot : Les bateaux des côtes de la Bretagne Nord :  S’inspirant des formes très réussies des bateaux qu’ils réalisaient pour l’an peche, les constructeurs locaux et en particulier le chantier Sibiril, produisaient des yachts qui se comportaient remarquablement en régates. Vint ensuite l’apparition des Monotypes ; au Monotype de Carantec dessiné par Raillard en 1922 a succédé le Cormoran qui a eu un énorme succès sur les cotes de la Manche.

 

Témoignage technique ou conceptuel :

Extrait du Chasse-Marée consacré au chantier Sibiril dans son numéro 290:

Comme d’autres établissements de la baie de Morlaix, les Sibiril lancent notamment des cotres, qui prennent le nom de leur lieu de naissance.L’inventaire du patrimoine de Bretagne définit les « Carantec » comme des « canots très typés ». La description du type est bien précise : « étrave droite et souvent verticale, brion peu profon, franc-bord important, flancs droits, bouchait marqué,  avec un fort retour de  galbord et des fonds assez plats, tonture discrète, tirant d’eau souvent important avec une quille en forte différence. L’arriere est assez bas avec une voute courte, mais le tableau, reste hors de l’eau et les lignes de fuite assez fines n’engendrent qu’en peu de sillage. »

»Dans les années cinquante, le chantier continue de construire des bateaux pour la petite pêche, l’ostreiculture et la plaisance. »

 

Témoignage événementiel ou d’une activité révolue :

<strong>En</strong> 1957, Francois Jourdren, marin retraité de Carantec, voulait un bateau semblable au Cormoran avec un petit moteur fixe pour pratiquer la promenade été la pêche dans l’an baie de Morlaix. La présence du moteur implique la suppression du puits de dérive et de l’an derive. Le bateau devra donc avoir une quille bien lestée lui donnant un tiran d’eau inférieur à un mètre.

Jean Nedelec, de Carantec, repris les plans de Charles Raillard et les adapta pour répondre à cette et demande.

L’elegance de ses lignes, ses qualités marines ont fait le succès du Monotype de Carantec.

Trois chantiers étaient habilités à les construire : Mevel, Sibiril et Nedelec, tous trois à Carantec.

Autres éléments remarquables :

Plusieurs Monotypes de Carantec figurent à l’Inventaire Général des Monuments et des Richesses Artistiques de la France, dans les Côtes d’Armor : Circé à Tregastel construit par Mevel en 1960, Jaudy 2 à Tregastel construit aussi par Mevel.

 

Chronologie des propriétaires, modifications ou rénovations importantes connues

j’ai acheté ce bateau à Monsieur Dominique Jegaden le 05 septembre 2018, Monsieur Jegaden l’a fait restaurer, entièrement, par le chantier du Guip à Brest en 2011.

le bateau a été construit au chantier Sibiril en 1976.

Localisation : Département

56

Localisation : Port d’attache habituel

Vannes

Chantier d’hivernage :

Jusqu’au début du mois d’octobre le bateau est visible au chantier Nautic Iroise à Plougastel Daoulas (29), ensuite il sera visible au port de Vannes.

Photo n°3 (obligatoire)

image

Photo n°4 (obligatoire)

image