Nom du navire

FRANCE

Année de labellisation

2019

Numéro de francisation :

I 8994 – 806/080

N° Immatriculation

304042

Quartier d'immatriculation

NI Nice

Type, série, ou nom local

8 mètre de Jauge Internationale

Protégé au titre des Monuments Historiques :

non

Année d’acquisition du navire :

2012

Genre :

Maritime

Usage à l’origine :

Compétition

Mode de propulsion (à l'origine)

voile

Mode de propulsion (actuel)

voile

Architecte :

François Camatte

Chantier constructeur

Chantier Naval Attilio CHIESA et Fils

Année de construction (ou mise en service) :

1936

Longueur hors tout :

14,59 m

Longueur coque :

14,55 m

Longueur flottaison :

9,55 m

Largeur Maître bau :

2,61 m

Tirant d’eau :

2,02 m

Tirant d’air :

18 m

Déplacement (en tonnes) :

9 T

Jauge administrative (en tonneaux) :

9,92

Coque : type de construction, matériaux, formes particulières...

La coque est en acajou à bordés classiques sur membrures en chêne et frêne. La coque a été renforcés par des porques en bois lamellés collés au niveau des cadènes construits sur place en 1978 pour supporter les efforts supplémentaires dus à un mât en aluminium.  Elle a ensuite fait l'objet d'une stratification en polyester en 1987 par le Chantier Dominique Caparros.

Coque : état actuel

La coque est en bon état. Lors d'un chantier durant l'hiver 2018-2019 3 bordés ont été changés au niveau de la cadène tribord. Les enduits polyester ont été sablés puis la coque réenduite avec de l'époxy; une laque blanche Awlgrip termine la finition.

Pont et superstructures : description, matériaux

Le pont d'origine était en bois entoilé blanc. Le roof en acajou. Dans les années 70 un premier pont en teck est posé. En 1995, le cockpit est élargi de 5cm de chaque côté pour faciliter les manœuvres en compétition.

Pont et superstructures : état actuel

Durant les travaux de l'hiver 2018-2019 le pont en teck a été refait. Le bon état général n'a pas nécessité le changement du contreplaqué et des barreaux qui dataient de 2002. Le dessus du roof qui était en teck a été refait en acajou et vernis.

Gréement : type, mâture, gréement courant, dormant, matériaux

Le bateau est un sloop de type bermudien gréé en 7/8ème comme tous les 8m JI (à l'exception de la première jauge). A l'origine tous les espars sont en bois et les cables en acier galvanisé. Le bateau casse son mât d'origine en 1977 et André Mauric dessine un nouveau mât en aluminium construit par Maréchal. Un an plus tard jugé trop lourd le mât est remplacé par un nouveau déssiné par Jacques Fauroux et construit par Thierry Petitjean.

Gréement : état actuel

Le gréement actuel est bois. Mât, bôme et tangon ont été dessinés par Jacques Fauroux et construits par Gilbert Pasqui suite au dernier démâtage survenu pendant les Régates Royales 2007 lors d'un violent grain. La voile déralinguée va casser le dernier mât alu en trois parties.

Gréement dormant en inox.

Gréement courant en dynema ou polyester selon les besoins (écoutes, drisses…).

Voilure : description, surfaces, matériaux

Comme tous les 8m JI France possède une grand'voile marconi et un génois a large recouvrement. La voile mesure 55m2, le génois 50m2. Une voile de portant de 80m2 qui ne s'appelle pas encore Spinnaker complète la panoplie.

Voilure : état actuel

La voilure actuelle est très proche de l'originale. Les règles de jauge ont peu évolué. Cependant on peut noter un rond de chute de GV plus important permis par l'autorisation d'utiliser des lattes plus longues et un spinnaker de 120m2. Les jeux de voiles des années 80/90 en Mylar/Kevlar ont été rangés au placard et la garde robe du bateau est maintenant en Dacron.

Emménagements : description, matériaux

Les emménagements d'origine étaient spartiates pour être légers mais restaient conformes aux exigences des règles de jauge qui imposaient deux banquettes, un coin cuisine et un cabinet de toilette. Dans les années 50 ils sont remplacés par de nouveaux emménagements en formica blanc.

Emménagements : état actuel

Les emménagements actuels en merisier datent de 1995, sur plan Jacques Fauroux et construction Dominique Caparros. Tout est vernis et en bon état.

Moteur(s) : type, puissance, année

Le bateau de compétition était conçu sans moteur. Il est néanmoins équipé par un moteur Guy Couach de 6,5cv début des années 60. Il sera remplacé par un Yanmar de 15cv dans les années 70. Pour ne pas rencontrer le safran et sa mèche, le bateau ayant une quille longue, le moteur est légèrement désaxé et sort sur le côté ce qui le rend difficilement à manœuvrer en marche arrière.

Témoignage humain :

Le bateau a été dessiné par François Camatte, architecte naval cannois de renommée internationale dans l'entre deux guerres. Il sera l'un des architectes français les plus prolifiques en matières de bateaux de jauge métrique.

Le bateau a été construit par le Chantier Naval cannois Attilio Chiesa et Fils

Le bateau a été suivi, modifié, optimisé tout au long des 40 dernières années par l'architecte naval cannois Jacques Fauroux, directeur technique du défi français pour la coupe de l'america en 1983 et multiple champion du monde de voile en Moth, IOR et classes métriques.

Témoignage événementiel ou d’une activité révolue :

FRANCE est devenu célèbre à la suite de sa victoire de l'édition de la Coupe de France 1937 à Ryde en Grande Bretagne, pays qui détenait la Coupe depuis 7 ans. Mais il est aussi l'un des pilliers fondateur de la renaissance des Régates Royales en 1978 et auxquelles il participera tous les ans sans faute jusqu'à aujourd'hui. Dans les années 80/90 il gagnera de nombreuses éditions dans la série 8M JI avec Jacques Fauroux à la barre.

Chronologie des propriétaires, modifications ou rénovations importantes connues

FRANCE  a été commandé par monsieur F.Rey, industriel dijonnais. Il en demeurera propriétaire jusqu'après la guerre. Puis monsieur Francis Bodin le rachète pour organiser des charters à la journée dans la baie de Cannes. Dans les années 60 il est racheté part après part et année après année par un industriel suisse Gaston Schmalz qui le gardera et le fera naviguer et régater jusqu'à sa mort en 2008; ses trois filles tenteront de poursuivre son œuvre mais faute d'un véritable intérêt, elles préfèreront le vendre à un industriel belge qui en rêvait secrètement depuis lontemps: Guy Reyniers. Ce dernier supprimera tout l'accastillage moderne Harken pour le remplacer par des winches en bronze dessinés spécialement pour FRANCE sur la base de photos d'un 8m JI américain des années 30 et par des poulies en bois achevant la cohérence d'une coque classique dotée d'un mât, d'une bôme et d'un tangon en bois.

Localisation : Département

06

Localisation : Port d’attache habituel

CANNES

Chantier d’hivernage :

CANNES

Photo n°1 (OBLIGATOIRE)

image

Photo n°2 (obligatoire)

image

Photo n°3 (obligatoire)

image

Photo n°4 (obligatoire)

image