Nom du navire

NINA

Année de labellisation

2019

Numéro de francisation :

17.389

N° Immatriculation

LI 10078F

Quartier d'immatriculation

LI Lille

Type, série, ou nom local

Motorship (Spits)

Protégé au titre des Monuments Historiques :

non

Année d’acquisition du navire :

1990

Genre :

Fluvial

Usage à l’origine :

Transport de marchandises

Mode de propulsion (à l'origine)

moteur

Mode de propulsion (actuel)

moteur

Chantier constructeur

MORY

Année de construction (ou mise en service) :

1959

Longueur hors tout :

38.90

Longueur coque :

38.90

Longueur flottaison :

38

Largeur Maître bau :

5.07

Tirant d’eau :

1,10 m

Tirant d’air :

3,60 m marquise démontée

Déplacement (en tonnes) :

160

Jauge administrative (en tonneaux) :

NC

Coque : type de construction, matériaux, formes particulières...

<!– [if gte mso 9]>–>

<!– [if gte mso 9]>–>

La coque est constituée de tôles métalliques assemblées par rivetage sur des membrures espacées de 50 cm. Le fond du bateau est plat et les angles sont vifs. Les parties avant et arrière sont en forme. La ligne supérieure des bordailles dessine une légère courbe, un rampage. Des overgants, sorte de poutres transversales tridimensionnelles, renforcent la coque et supportent la poutre faitière sur laquelle viennent reposer les écoutilles.
La coque renferme trois types d’espaces ; La cale, les peaks avant et arrière, et la salle des machines. Chacun d’entre eux est séparé de la cale par des cloisons étanches.

Coque : état actuel

<!– [if gte mso 9]>–>

<!– [if gte mso 9]>–>

Des hublots ont été installés entre les membrures.
Très bon état d’origine.

Pont et superstructures : description, matériaux

<!– [if gte mso 9]>–>

<!– [if gte mso 9]>–>

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

<!– [if gte mso 9]>–>

<!– [if gte mso 10]>–>

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:"Tableau Normal";
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent:"";
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:8.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:107%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family:"Calibri",sans-serif;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

Construction métallique, également, mais l’assemblage des tôles est fait par soudure et non par rivetage comme c’est le cas pour la coque.
Le pont est rampé. Les écoutilles sont des panneaux de bois, plats, qui forment une toiture à deux pentes comportant une ligne de faîtage. Les overgants métalliques rythment la cale et découpent cette couverture en quatre parties distinctes.

Les cabines avant et arrière sont particulièrement spacieuses pour ce type de gabarit.

La marquise est en bois d’iroko, entièrement démontable.

Pont et superstructures : état actuel

<!– [if gte mso 9]>–>

<!– [if gte mso 9]>–>

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

<!– [if gte mso 9]>–>

<!– [if gte mso 10]>–>

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:"Tableau Normal";
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent:"";
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:8.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:107%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family:"Calibri",sans-serif;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

La ligne d’origine du bateau a été conservée, aucune superstructure n’a été rajoutée. Une terrasse arrondie a été insérée entre les overgants dans la première partie du pont. Des châssis vitrés ont été encastrés dans la partie supérieure des overgants, pour amener de la lumière zénithale dans la cale.
Une bâche blanche recouvre les panneaux de cale pour garantir une parfaite étanchéité.
La timonerie est restée d’origine.
L’ensemble est maintenu dans un parfait état.

Gréement : type, mâture, gréement courant, dormant, matériaux

Néant

Gréement : état actuel

Néant

Voilure : description, surfaces, matériaux

Néant

Voilure : état actuel

Néant

Emménagements : description, matériaux

<!– [if gte mso 9]>–>

<!– [if gte mso 9]>–>

La cale a conservé son ampleur d’origine. Les cabines avant et arrières communiquent avec la cale.
Le vaigrage de l’ensemble du bateau est en bois.

Emménagements : état actuel

<!– [if gte mso 9]>–>

<!– [if gte mso 9]>–>

 

Excellent état d’entretien

Moteur(s) : type, puissance, année

Marque: Général Motors,

Type: 6-71

Puissance 145,73Kw

Témoignage technique ou conceptuel :

<!– [if gte mso 9]>–>

<!– [if gte mso 9]>–>

Le Nina a été construit selon deux techniques de constructions métalliques différentes : le rivetage et la soudure. La soudure apparait dans la construction navale dans les années 50. Cette nouvelle technique est tout d’abord testée sur la partie non-immergée des bateaux alors que la coque reste rivetée. En langage marinier il s’agit d’automoteurs dits « mixtes ».
Après cette période, les bateaux ne seront plus qu’entièrement soudés.
Cette caractéristique fait de ce bateau un témoin de cette période de transition.
Le système de couverture de cale du Nina est aussi une particularité. En effet, La grande majorité des « péniches » sont pourvues d’écoutilles courbes qui franchissent la cale d’un bord à l’autre. Ici les écoutilles sont plates, elles reposent sur une poutre faitière qui est elle-même supportée par des poutres transversales : les overgants.
Le Nina, construit en Belgique, fait partie de ces bateaux fluviaux qui étaient conçus pour pouvoir également évoluer dans les mers intérieures des pays-bas. De fait, ces bateaux pouvaient être amenés à naviguer dans les vagues et devaient donc pouvoir supporter des paquets de mer. Ils ont alors été dotés d’une couverture de cale plus robuste avec une structure de renfort.

Témoignage événementiel ou d’une activité révolue :

<!– [if gte mso 9]>–>

<!– [if gte mso 9]>–>

 

Devenu obsolète du fait de son gabarit non compétitif pour le transport fluvial, le Nina reste un des rares freycinet à avoir échappé au plan de déchirage des années 80/90.

Autres éléments remarquables :

<!– [if gte mso 9]>–>

<!– [if gte mso 9]>–>

Le moteur du Nina, un Général Motors 6-71, était celui qui équipait les tanks Sherman (américain) de la 2eme guerre mondiale. Ce moteur, conçu pour pouvoir fonctionner dans des inclinaisons tant latérales que longitudinales, très importantes a alors pu être facilement marinisé. Il a donc été installé sur les barges qui ont servi au débarquement de 6 juin 1944. A l’issue de la guerre, la batellerie s'est alors emparée de ces moteurs restés en europe comme dommage de guerre.

Chronologie des propriétaires, modifications ou rénovations importantes connues

<!– [if gte mso 9]>–>

<!– [if gte mso 9]>–>

Hendrik Meirlaen et Emerence Vandenbusshe, les propriétaires précédents, l’ont commandé au chantier Mory (Belgique) en 1958. Ils ont tenu à dessiner eux-mêmes le logement du marinier car ils le souhaitaient plus spacieux que la norme de l’époque. Ils l’ont baptisé « Nina » du nom de leur fille unique. Le bateau a conservé sa devise.
Hendrik et Emerence convoyaient essentiellement des bobines de tôles métalliques pour la construction automobile, entre la Belgique et la France. Exceptionnellement son dernier voyage fut une cargaison de pois secs en vrac. Il traversa alors Paris direction Gand au mois de juin 1990.
Il a été réhabilité en bateau logement ce même été et stationne depuis à Paris. Il navigue toujours.

L<!– [if gte mso 9]>–>e Nina a été publié dans « Paris péniche » aux éditions Minerva 2003.

<!– [if gte mso 9]>–>

Localisation : Département

75

Localisation : Port d’attache habituel

Port de Grenelle 75015 Paris

Photo n°1 (OBLIGATOIRE)

image

Photo n°2 (obligatoire)

image

Photo n°3 (obligatoire)

image

Photo n°4 (obligatoire)

image