Nom du navire

VICTORIA III

Année de labellisation

2020

Numéro de francisation :

sète

N° Immatriculation

193733

Quartier d'immatriculation

MA Marseille

Type, série, ou nom local

AUTRE

Protégé au titre des Monuments Historiques :

non

Année d’acquisition du navire :

2016

Genre :

Maritime

Usage à l’origine :

Pêche

Mode de propulsion (à l'origine)

voile

Mode de propulsion (actuel)

moteur

Architecte :

Corentin Le Gall

Chantier constructeur

Douarnenez

Année de construction (ou mise en service) :

1945

Longueur hors tout :

19,00 m

Longueur coque :

17,79 m

Longueur flottaison :

17,00 m

Largeur Maître bau :

5,97 m

Tirant d’eau :

3,03 m

Tirant d’air :

3,72 m

Déplacement (en tonnes) :

95,00 t

Jauge administrative (en tonneaux) :

55,24 t

Coque : type de construction, matériaux, formes particulières...

Le Victoria est à l'origine un thonier à voile sorti des chantiers Le Gall de Douarnenez en 1945 pour le compte d'un patron pêcheur du nom d'Hélias Eugène ancien poilu de la guerre de 14 qui nomma le bateau "L'Ar Poilu". La construction est en bordées de chênes cloutées, calfatées. Deux mats servaient à l'époque (pénurie de gasoil) à la propulsion du bâtiment de Terre-Neuve (morue) à la Mauritanie (langoustes). Le bateau est acheté en 1975 par Jean-Daniel Troyat et son père Henri Troyat académicien, auteur de réputation internationale. Le projet des Troyat est de transformer le bateau pour la plaisance. C'est dans un chantier de forge marine de Rouen que les travaux ont été réalisés. En particulier par l'installation d'une super-structure en acier comme deuxième pont et la modification du système de propulsion (moteur en cale de 198 cv). L'esprit du bateau est totalement conservé et tous les aménagements, hors structure, sont en bois.

Coque : état actuel

La coque est strictement d'origine, hors les travaux de conservation. Bordées de chêne de 6 cm clouées sur un réseau de membrures en chêne également, le tout calfaté à l'ancienne.

Pont et superstructures : description, matériaux

Pont en pin ou sapin , superstructures en acier.

Pont et superstructures : état actuel

Le pont principal est en pin (d'origine) revetu d'un enduit de pont isolant et anti-dérapant . La superstructure est en acier dans l'esprit des chalutiers de plaisance que dessinait Kenneth Smith pour le compte de l'américain Grand Banks.

Gréement : type, mâture, gréement courant, dormant, matériaux

Plus de gréement pour cet ancien thonier. Sans doute à l'époque trinquette, grand voile et voile d'artimon.

Gréement : état actuel

néant

Voilure : description, surfaces, matériaux

néant

Voilure : état actuel

néant

Emménagements : description, matériaux

On trouve en cale, de la proue à la poupe : une cabine avec salle de douche séparée, un couloir distribuant à bâbord une salle d'eau avec douche et un wc indépendant, à tribord une cabine éclairée par deux panneaux de pont. Un escalier permet de monter au niveau du pont.L'autre partie de la coque est dédiée à la salle des machins et à l'atelier, l'accès se fait par une trappe via le carré au pont principal. Au niveau du pont principal (intérieur) , une cabine propriétaire à la proue avec wc et douche séparés. Une cuisine équipée, un carré d'environ 5m X 3,7 m ceint d'ouvertures type SNCF des années 60 qui donne sur une plage arrière de 3X2m. Le pont supérieur est dédié dans sa partie intérieur à la timonerie ( dans son jus des années 75 avec barre à roue, meubles à cartes, etc.), à l'extérieur à un pont-terrasse de 5 x 3,5 m.

Emménagements : état actuel

Le Victoria est dans un état parfait pour son âge, il a été totalement restauré en 2015 avec des matériaux d'origine et dans le respect de l'esprit des lieux.

Moteur(s) : type, puissance, année

Fixe, Mitsubishi IB 198,68 cv / 20 cv 1986

Témoignage humain :

L'Ar Poilu sort des chantiers Le Gall de Douarnenez en 1945. Le gasoil étant rare et rationné à la sortie de la deuxième guerre mondiale, il est équipé de deux mâts (cf.acte de francisation du 13 septembre 1945) en vue d'une propulsion à voiles mais il m'est impossible de savoir s'il agissait à l'époque d'un Dundee dont le tableau arrière aurait été modifié ou bien d'un Côtre. L'Ar Poilu part en campagne de pêche hauturière selon la saison pour le thon, la morue ou encore la langouste en Mauritanie. Est-ce par le même patron de pêche ou bien un autre propriétaire (je n’ai pas les documents en ma possession), L’Ar Poilu sera rebaptisé Colonel Morice, du nom de résistant de Paul Chenalier, l'un des grands acteur de la résistance dans le Morbihan, initiateur des FFI (l'armée secrète des résistants), capitaine au long cours et lieutenant de vaisseau. Il prendra le commandement de la Marie-Gilberte, que j’ai pu voir à poste à Sète et qui est très semblable au Colonel Morice. C’est en 1975 qu'Henri Troyat académicien et son fils acquierent le navire pour le transformer en chalutier de plaisance. Les Troyat confie le bâtiment à un chantier de forges marines de Rouen. La mature est ôtée et une superstructure en acier est posée sur le pont créant ainsi un espace d’emménagement supplémentaire ainsi qu’an niveau du pont supérieur la timonerie. Sans doute le bateau avait-il déjà été équipé d’un moteur (on est loin de 1945). De Colonel Morice il deviendra Victoria III le 22 mai 1975. Peut-être qu’Henri Troyat a imaginé certains de ses plus beaux romans à son bord ! Jean-Daniel Troyat, qui fut officier de la marine nationale puis expert maritime agrée par la cour de cassation, se sépare du bateau dans les années 80. Son ancien capitaine évoque le nom d’un propriétaire célèbre mais sans certitude : Charles Aznavour. Racheté par des propriétaires phocéens, le bateau navigue désormais en Méditerranée principalement entre la Sardaigne, la Tunisie et le port de Marseille. De 86 à 2014 il entame à nouveau une carrière professionnelle pour le compte de Victoria Croisières, une société qui propose des séjours plongée en Méditerranée. En 2015 le bateau s’installe à Sète où son nouveau propriétaire lui fera subir une remise en état complète et minutieuse des oeuvres vives en particulier.

Témoignage technique ou conceptuel :

Si on compare l'Ar Poilu à la Maria-Gilberte son contemporain que j'ai pu voir à Sète, il s'agirait peut-être bien d'un Dundee dont le tableau arrière a été "raboté". Lors du dernier carénage de 2017, Tomas charpentier de marine a pu constaté l'état général des oeuvres vives, des bordées de chêne de 6cm d'épaisseurs, clouées sur un maillage de membrures très serré (comme un Drakkar se plait-t-il à me dire). Le tout calfaté à l'ancienne (étoupe-coton). 35 tonnes de bois, un véritable blochaus pour pouvoir supporter à bord à l'époque les affres du mauvais temps au large de Terre-Neuve. Aux dires du patron de Victoria croisière, la double quille aurait été changée par l'actuel échouage en ferraille, ça me parait peu probable. Les modifications apportées par les Troyat sont donc la superstructure d'acier et peut-être l'ajout d'un moteur à supposé qu'il n'ait pas été installé auparavant.

Témoignage événementiel ou d’une activité révolue :

Le fait que ce bateau de 1945 ait appartenu à Henry Troyat lui apporte sans aucun doute un "plus". Son caractère unique et majestueux lui a valu de servir de décor dans des séries télévisées à succès. "Tandem" et surtout "Demain nous appartient" une série de TF1 tournée à Sète. Pendant toute la première saison, le Victoria III servira de décor pour nombre des épisodes. Il est aujourd'hui cité lors des excursions touristiques sur les cannaux de Sète à son approche dans le bassin du midi.

Autres éléments remarquables :

Le Victoria a été racheté en 2015 par Alain Zanit alors qu'il était au fond de l'eau dans le port de La Ciotat. Son précédent propriétaire ayant été très négligeant. Malgré tout , le bateau a rejoint Sète par ses propres moyens, puis a fait l'objet d'une restauration totale, en conservant l'intégralité des matériaux à bord. Son emménagement est "dans l'esprit", respectueux de sa personnalité, bordées et membrures apparentes dans certaines pièces.

Chronologie des propriétaires, modifications ou rénovations importantes connues

Propriétaires connus via la documentation des douanes de Toulon : Eugène Hélias 1945/ Jean-Daniel Troyat 1975 (installation superstructure acier- suppression mâture) – MM Tiziano-Guérini 80 (?) – Christian Coumes/Victoria croisières 1986 – M.Mollard 2014 – Sylvie Prunier-Alain Zanit 2015 (restauration complète)- Philippe Barbier 2016 (fin des restaurations pointe avant- pont supérieur).

Localisation : Département

34

Localisation : Port d’attache habituel

Bassin du Midi à Sète

Photo n°1 (OBLIGATOIRE)

image

Photo n°2 (obligatoire)

image

Photo n°3 (obligatoire)

image

Photo n°4 (obligatoire)

image