NEPTUNE-Gagner avec Parkinson réalise son rêve !

47 ans après son premier passage du Cap Horn, le légendaire sloop océanique de 1977, bateau mythique de la Whitbread, surfe à nouveau les cinquantièmes en course, au coeur de l’Ocean Globe Race.
14 navires s’affrontent, dont un autre fameux BIP (Bateau d’Intérêt Patrimonial), PEN DUICK VI, premier à passer le Horn !

Le communiqué, signé par le journaliste et écrivain Daniel Gilles, relate la grande aventure :

En 1977, skippé par Bernard Deguy à l’occasion de la Whitbread Round the World Race, Neptune passait le cap Horn pour la première fois. Quarante-sept années plus tard, en février 2024, c’est le même bateau, skippé cette fois-ci par Tanneguy Raffray qui double le cap mythique dans le cadre de l’Ocean Globe Race. Focus sur l’Everest des marins.

Après quatre semaines de baroud dans la météo bouleversée des quarantièmes, Neptune parvient au pays des cinquantièmes. Devant l’étrave, le Horn est dans tous les esprits. Puis, dans le déferlement de grandes vagues, vient les soixantièmes. Car pour le doubler le cap Dur, il faut descendre à 55°58 de latitude, le point le plus sud de la terre (excepté le continent antarctique) balayé par un anneau de dépressions à dominante Ouest.

Une semaine avant le passage de la flotte OGR, le vent soufflait à 70 nœuds au parage du Horn ! Ce phénomène est renforcé par le courant circumpolaire antarctique coulant librement sur les 360° du globe. Mais le danger peut surtout venir de la mer. Les hauts fonds qui bordent la Terre de Feu remontent de 5 000, à 80 mètres, et même 55 mètres par endroits. La grande houle se transforme alors en une mer très creuse, générant des vagues géantes, abruptes et déferlantes. Ralentir pour laisser passer le pire est possible. Une fois engagé dans le passage de Drake, « C’est parti ! ». Lire la suite

 

Crédit photo: Pierre Maxime / OGR2023NeptuneTeam

PARTAGER CETTE INFORMATION