Nom du navire

SOLEIL

Année de labellisation

2016

N° Immatriculation

P 15892 F

Type, série, ou nom local

flute berrichonne

Genre :

Fluvial

Chantier constructeur

Chantiers de SERMAIZE

Année de construction (ou mise en service) :

1939

Longueur hors tout :

28,50 m

Longueur coque :

28 m

Longueur flottaison :

28 m

Largeur Maître bau :

2,64 m

Tirant d’eau :

1 m

Tirant d’air :

3 m

Déplacement (en tonnes) :

40 t

Jauge administrative (en tonneaux) :

80 tx

Coque : type de construction, matériaux, formes particulières...

Construction en acier riveté

Pont et superstructures : description, matériaux

Timonerie démontable en bois

Gréement : type, mâture, gréement courant, dormant, matériaux

Automoteur pas de gréement

Voilure : description, surfaces, matériaux

Automoteur, pas de voilure

Emménagements : description, matériaux

Salle des machines séparée de l’habitation par cloison étanche; habitation avec pic avant communiquant derrière une cloison étanche.

Moteur(s) : type, puissance, année

GRAY MARINE (moteurs GM) 150CV

Témoignage humain :

Les flûtes berrichonnes construites en bois ont disparu, ne restent aujourd’hui qu’une demi douzaine de « berrichons » en France.

Témoignage technique ou conceptuel :

Ces bateaux ont travaillé sur le canal du Berry et le canal d’Orléans aujourd’hui déclassés, ainsi que sur le Nivernais et le Briare.

Témoignage événementiel ou d’une activité révolue :

Beaucoup de vieux mariniers croisés en navigation sur les fleuves et les canaux de France m’ont raconté, émus, que leurs pères avaient commencé leur métier sur un tel bateau. L’ancien bateau avitailleur de Paris, le Cher, était une des rares flûtes Berrichonnes subsistant. C’était une batellerie pauvre par rapport à celle du Nord où le gabarit freycinet permettait des transports plus rentables. Après guerre le canal du Berry a cessé d’être utilisé, puis déclassé en 1955. Aujourd’hui quelques communes ont réussi à rouvrir environ 12km de canal pour des raisons patrimoniales et touristiques non pour le transport.

Autres éléments remarquables :

Le « Soleil » est un des derniers témoins d’une batellerie du Centre de la France active fin XIX° et début XX° mais disparue dès l’immédiat après guerre. C’est l’histoire d’une batellerie française.

Chronologie des propriétaires, modifications ou rénovations importantes connues

Le propriétaire précédent avait beaucoup navigué avec le Soleil, mais dans les dernières années ne pouvait plus s’en occuper et par deux fois le bateau avait coulé. Il n’avait aucun document attestant du passé du bateau, qui, semble t il, avait pu avoir autrefois « Roger » pour devise. La réhabilitation du Soleil a été effectuée avec l’aide de mon frère Xavier, architecte.

Localisation : Département

75

Localisation : Port d’attache habituel

Paris

Photo n°1 (OBLIGATOIRE)

image

Photo n°2 (obligatoire)

image

Photo n°3 (obligatoire)

image

Photo n°4 (obligatoire)

image