Nom du navire

VIGIE

Année de labellisation

2014

Renouvelé en DATE DE

2018

Type, série, ou nom local

Vedette de police

Protégé au titre des Monuments Historiques :

non

Genre :

Fluvial

Usage à l’origine :

Servitude

Mode de propulsion (à l'origine)

vapeur

Mode de propulsion (actuel)

vapeur

Architecte :

Préfecture de police de Paris

Chantier constructeur

Services techniques de la Préfecture de police de Paris

Année de construction (ou mise en service) :

1904

Longueur hors tout :

8.6

Longueur coque :

8.6

Longueur flottaison :

8

Largeur Maître bau :

1.81

Tirant d’eau :

0.7

Déplacement (en tonnes) :

1

Coque : type de construction, matériaux, formes particulières...

Coque en forme, constituée en tôles rivetées

Pont et superstructures : description, matériaux

Pont en fer

Moteur(s) : type, puissance, année

Elle est équipée à l’origine d’un moteur à pétrole de 16 cv. Cette machine est remplacée par un autre moteur qui lui -même a fait son temps. Notre conseil d’administration décide alors de remonter sur cette coque une machine à vapeur, miraculeusement conservée, mise en dépôt à Amerami par l’Ecole de la Marine Marchande de Saint Malo. Cette machine était celle de la vedette du comte de la Bédoyère, mis en vente par lui en 1902. Vedette dénommée le Gustave Zédé, acquise par le chantier Lemarchand du Minihic sur Rance. Elle fut désarmée à la fin de la guerre de 1914. La machine, conservée et remise à l’école de la Marine marchande à Saint Malo est confiée à Amerami puis lui est donnée par l’ENSM en 2014.

Témoignage humain :

La VIGIE est voulue par le célèbre préfet Lépine afin d’intervenir contre des « ravageurs », bandits d’eau douce, à la fois braconniers, pilleurs de bateaux et contrebandiers qui sévissaient la nuit sur la Seine. En un peu plus de 80 ans de service, la vedette accomplit les missions les plus diverses dans des conditions souvent difficiles, parfois cocasses, inséparables de l’histoire de Paris. Les banquettes qui servent en même temps de coffres, sont disposées de chaque côté sur toute la longueur du canot; il n’y a pas de cabine, ce qui était avantageux lorsque les nécessités mettaient aux prises agents et malfaiteurs . Elle est, à l’époque, simplement recouverte d’une tôle destinée à mettre le personnel à l’abri des lapidations dont il est fréquemment l’objet pendant la nuit.

Témoignage technique ou conceptuel :

Construction en forme par assemblage de tôles rivetées. La machine à vapeur d’époque qui l’équipe aujourd’hui, rappelle le sister ship de la Vigie qui avait été dotée d’une machine à vapeur

Autres éléments remarquables :

Ce bateau fait partie de la collection d’ AMERAMI depuis le 13 novembre 1985. Il lui est remis par Monsieur le Prefet Philippe Massoni, alors directeur des services techniques de la Préfecture de Police de Paris, estimant qu’il devait être préservé en raison de son originalité et de sa place dans la petite histoire de la Ville. De 1904 à 1985 elle permet un très grand nombre de sauvetages: ainsi que des recherches et des récupérations de noyés et d’objets les plus divers. La VIGIE et la MOUETTE, son sistership, ont une très grande activité lors des inondations de 1910. Elle est l’un des deux premiers canots automobiles dont dispose la Brigade fluviale de Paris. En un peu plus de 80 ans de service, la vedette accomplit les missions les plus diverses dans des conditions souvent difficiles, parfois cocasses, inséparables de l’histoire de Paris.

Localisation : Département

75

Localisation : Port d’attache habituel

Paris

Photo n°1 (OBLIGATOIRE)

image

Photo n°2 (obligatoire)

image

Photo n°3 (obligatoire)

image