IDENTIFICATION

Année de labélisation : 2020
Renouvelé en date de :
Non renouvelé en date de :
Anciens Noms :
Numéro de francisation : non francisé
N° Immatriculation : MX 252321
Quartier d'immatriculation : MX
Type, série, ou nom local : Monotype de Carantec
Protégé au titre des Monuments Historiques : non

Localisation

Localisation (département) : 22
Port d’attache habituel : Perros-Guirec
Chantier d’hivernage :

Caractéristiques

Genre : Maritime
Usage à l'origine : Plaisance
Mode de propulsion (à l'origine) : voile
Mode de propulsion (actuel) : voile
Architecte : Jean Nédélec
Chantier constructeur : NEDELEC
Année de construction (ou mise en service) : 1966
Longueur hors tout : 4m95
Longueur coque : 4m50
Longueur flottaison : 4m40
Largeur Maître bau : 1m83
Tirant d’eau : 0m90
Tirant d’air : 6m60
Déplacement (tonnes) : 0,48T
Jauge administrative (tonneaux) : 1.08Tnx

Description

Coque / à propos :

Ce canot a une coque en forme à retour de galbord dans la pure tradition des constructeurs carantécois d’avant-guerre. La mise en forme se faisait à l’aide de gabarits. Toutes les pièces majeures sont en iroko ; les membrures, de deux sortes, sont pour les unes ployées en acacia, pour les autres sciées en chêne (2 membrures ployées pour une membrure sciée). Les bordés, fixés sur les membrures par des rivets en cuivre, sont en acajou de 14 mm. La quille longue, pourvue d’un lest en fonte d’environ 200 kg, lui donne un tirant d’eau d’environ 0,90m.

Coque / état actuel :

La coque est en excellent état, il a fait l’objet d’une remise en état complet en 2015 par un charpentier de marine domicilié dans les Monts d'Arré.

Pont et superstructures / à propos :

Le pont, en contreplaqué de 10mm, forme sur une longueur de 1m à l’avant, un tillac fermé où se logent sacs à voile et ligne de mouillage ; à l’arrière, il couvre sur 0,40m un coffre pouvant contenir le petit matériel rangé autour du tube de jaumière. Les plats-bords de 15 à 20 cm de largeur portent, outre taquets, filoirs et planchettes servant de siège au barreur, un hiloire de 5 cm de hauteur environ qui limite un vaste cockpit traversé par un banc central. Le bout-dehors, dépassant l’étrave de 0.45m, s’emboîte sur la bite d’amarrage, l’autre extrémité étant maintenue vers le bas par une sous-barbe.

Pont et superstructures / état actuel :

L’état du pont est excellent. Il a été refait en 2015 également en lattes d'iroko.

Gréement / à propos :

Le gréement de ce bateau est de type à houari, le mât est en spruce de 6m70 vernis, il traverse le pont par l'étambrai et vient s’en loger dans l’emplanture situé sur la quille. Il est maintenu par l'étai fixé à l'extrémité du bout-dehors et par deux haubans en acier, fixés sur des cadènes galvanisées.

Gréement / état actuel :

en très bon état. Poulies en bois fonctionnelles.

Voilure / à propos :

Ce sloop à gréement houari a une surface totale de voilure d’environ 21 m², se composant d’un génois de 6m²environ, d’un foc de 3,50m² et d’une grand voile aurique de 16 m². Les voiles d’origine étaient en tergal. Cette dernière, enverguée sur le mât par un lacet, comportait l’emblème inscrit en noir suivi du numéro dans la série.

Voilure / état actuel :

Ce sont les voiles d’origine, toujours. Bien que toujours efficaces, elles peuvent néanmoins se déchirer, j’envisage de les renouveler dans les mois à venir.

Emménagements / à propos :

l'emménagement est sommaire, un banc central au-dessus d’un plancher en CTPM.

Emménagements / état actuel :

le plancher est renouvelé, le banc reste d’origine et très solide.

Moteur(s) / type, puissance, année :

Le bateau est équipé d’un moteur hors bord de la marque Johnson de 5Cv 2 temps, monté sur une chaise fixée sur le tableau arrière. Il fonctionne correctement pour les manoeuvres du port.

Intérêt Patrimonial

Témoignage humain :

Ce bateau construit en 1966 a connu 5 propriétaires. Il est resté dans son département d’origine (29) jusqu’en 2020 pour venir dans les côtes d’armor. De 1966 à 1974, ses deux premiers propriétaires ont régaté avec. Ensuite, il a servi pour la promenade.

Témoignage technique ou conceptuel :

En 1890, 9 bateaux sont construits à Carantec. Les chantiers Eugène Moguérou fonctionnaient dans la décennie 1920, construisant des yachts à moteur comme l’Achillée III construit en 1926. Les chantiers Élies, Mével (créé en 1935 au port de Carantec par François Mével décédé accidentellement en 1957), Nédélec (créé par Jean Nédélec sur la grève du Clouet et concepteur du « monotype de Carantec ») ont continué cette tradition de chantiers navals, davantage orientés vers la plaisance désormais, tout au long du XXe siècle. En 1957, François Jourdren, marin retraité de Carantec, voulait un bateau semblable au Cormoran avec un petit moteur fixe pour pratiquer la promenade été la pêche dans la baie de Morlaix. La présence du moteur implique la suppression du puits de dérive et de l’an dérive. Le bateau devra donc avoir une quille bien lestée lui donnant un tirant d’eau inférieur à un mètre. Jean Nedelec, de Carantec, repris les plans de Charles Raillard et les adapta pour répondre à cette et demande. L’élégance de ses lignes, ses qualités marines ont fait le succès du Monotype de Carantec jusqu’en 1967. Il n’était pas rare de voir une dizaine de concurrents alignés au départ des régates de la série en Baie de Morlaix. 25 unités ont été construites par les chantiers carantécois : NEDELEC et MEVEL.

Témoignage événementiel ou d’une activité révolue :

Autres éléments remarquables :

le site http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/ répertorie plusieurs bateaux des Chantiers Nedelec : Marchvor, le Brug, les Jaudi 2 et 3. Certains sont également des monotypes de Carantec.

Chronologie :

1966 : Roland Bellec 1972 : Yves Dumarcet 1976 : André Jack 1992 : Patrice Corre (réfection coque et pont en 2015) 2020 : Alain Mouflet

En savoir + sur ce navire

Site internet :

PARTAGER CETTE FICHE NAVIRE