IDENTIFICATION

Année de labélisation : 2021
Renouvelé en date de :
Non renouvelé en date de :
Anciens Noms : Emile Paraf
Numéro de francisation : non francisé
N° Immatriculation : NT 4444
Quartier d'immatriculation : NA
Type, série, ou nom local : remorqueur
Protégé au titre des Monuments Historiques : non

Localisation

Localisation (département) : 44
Port d’attache habituel : Sur les Docks de Chantenay, bas chantenay Nantes
Chantier d’hivernage : Dans la cale sur le Chantier de l'Esclain

Caractéristiques

Genre : Fluvial
Usage à l'origine : Servitude
Mode de propulsion (à l'origine) : vapeur
Mode de propulsion (actuel) : moteur
Architecte :
Chantier constructeur : De la brosse & Fouché sur l'île de Nantes
Année de construction (ou mise en service) : 1903
Longueur hors tout : 16,50 m
Longueur coque : pas renseigné
Longueur flottaison : pas renseigné
Largeur Maître bau : 4,40 m
Tirant d’eau : 1,03 m
Tirant d’air : pas renseigné
Déplacement (tonnes) : pas renseigné
Jauge administrative (tonneaux) : pas renseigné

Description

Coque / à propos :

coque d'origine en acier rivetée

Coque / état actuel :

mauvais état

Pont et superstructures / à propos :

superstructures en métal refondues et transformés en 1955

Pont et superstructures / état actuel :

mauvais état

Gréement / à propos :

pas de gréement

Gréement / état actuel :

pas de gréement

Voilure / à propos :

pas de voilure

Voilure / état actuel :

pas de voilure

Emménagements / à propos :

pas d'emménagements

Emménagements / état actuel :

pas d'emménagements

Moteur(s) / type, puissance, année :

Baudouin n° 911 059 puissance de 331,20 KW

Intérêt Patrimonial

Témoignage humain :

«Les remorqueurs portuaires ne sont pas absents de cet héritage, ainsi l’Emile Paraf, lancé en 1903 chez de la Brosse & Fouché pour les fonderies de Pontguibaud, existe -t-il toujours. Doté à l’origine d’une machine à vapeur de 75 chevaux, long de 15,50 mètres, ce remorqueur est l’archétype des unités de port construites par dizaine au tournant du siècle et dont nous n’avons conservé aucun exemplaire, contrairement à ce qui s’est fait en Hollande ou en Allemagne. Acheté en 1955 à un ferrailleur par la société sablière Halgrain, ce magnifique remorqueur – «une des plus belles coques de France» selon Claude Halgrain, son ancien propriétaire – a fait l’admiration des Hollandais qui en ont relevé les formes lors de leurs travaux de dragage en Loire.» Témoignage dans le Chasse-Marée n° 94

Témoignage technique ou conceptuel :

Ce remorqueur fut à l’origine doté d’un moteur à vapeur, qui fut remplacé en 1955 par une motorisation diesel, les premiers Baudouin. Il est un témoin de l’évolution des techniques à travers les époques. Un autre témoignage des technique de l’époque c’est sa coque entièrement rivetée, toujours d’origine aujourd’hui. Ses superstructures quand a elles ont été refondues et transformées en bateau pousseur, utilisant la technique de soudure.

Témoignage événementiel ou d’une activité révolue :

L’imprévu etait un bateau de servitude, un remorqueur de chalands, activité qui a disparu avec la motorisation des barges. C’est souhaitable qu’il fasse l’objet d’une restauration dans son état d’origine, il deviendra ainsi le seul et unique témoin du remorquage portuaire à vapeur, si actif dans notre pays au tournant du siècle.

Autres éléments remarquables :

Une grande maquette du remorqueur à été réalisée en 1945 par les apprentis des ateliers et chantiers de Bretagne, témoignage de ces formes d’origines lorsque c’était encore un remorqueur à vapeur.

Chronologie :

construit en 1903 dans les établissements la brosse & fouché qui deviendrons les Ateliers et Chantier de Bretagne sur l’île de Nantes. Il est rattaché à l’usine à plomb Pontgibaud à Couëron jusque dans les années 1950. En 1955 il est transformé en bateau pousseur par les chantier Merré à Nort sur Erdre. Toutes ces superstructures ont été refondues et il est doté d’un moteur diesel. Il devient bateau pousseur de chalands pour les sablières du pays de Retz jusqu’en 1978 ou il est racheté par les établissements Moreau-Arthon qui l’utilisent également pour le transport du sable en Loire. Dans les années 2000, le remorqueur est racheté par le chantier de l’Esclain toujours propriétaire aujourd’hui pour remorquer des péniches et des pontons sur la Loire. Son port d’attache est a Nantes dans le quartier Bas-Chantenay

En savoir + sur ce navire

Site internet :

PARTAGER CETTE FICHE NAVIRE