IDENTIFICATION

Année de labélisation : 2023
Renouvelé en date de :
Non renouvelé en date de :
Anciens Noms :
Numéro de francisation :
N° Immatriculation : AC G58055
Quartier d'immatriculation : AC
Type, série, ou nom local : PEDRAZZINI CAVALLINO
Protégé au titre des Monuments Historiques : non

Localisation

Localisation (département) : 33
Port d’attache habituel : ARCACHON
Chantier d’hivernage : LE PETIT MUSEE DU CANOT AUTOMOBILE LA TESTE DE BUCH

Caractéristiques

Genre : Maritime
Usage à l'origine : Plaisance
Mode de propulsion (à l'origine) : moteur
Mode de propulsion (actuel) : moteur
Architecte : PEDRAZZINI
Chantier constructeur : PEDRAZZINI
Année de construction (ou mise en service) : 1965
Longueur hors tout : 5.80
Longueur coque : 5.80
Longueur flottaison : 5.30
Largeur Maître bau : 2.15
Tirant d’eau : 0.50
Tirant d’air : 1.8
Déplacement (tonnes) : O.950

Description

Coque / à propos :

BOIS

Pont et superstructures / à propos :

Pont et superstructures / état actuel :

BON ETAT

Gréement / à propos :

X

Voilure / à propos :

X

Emménagements / à propos :

X

Emménagements / état actuel :

Moteur(s) / type, puissance, année :

Moteur : Mercruiser Alpha-One de 135 ch. Transmission : embase Stern-drive - hélice Vitesse : env. 60 km/h

Intérêt Patrimonial

Témoignage humain :

Témoignage technique ou conceptuel :

Au tournant du XXe siècle, les rives du lac de Zurich attirèrent de nombreux émigrés italiens, habiles constructeurs et courageux artisans pleins de talent qui cherchaient à échapper aux difficultés économiques de leurs régions d'origine. Le contraste entre une rigoureuse et prospère Suisse alémanique et la faconde latine dut être une rude épreuve pour ces gens, tel Augusto Pedrazzini, arrivé en 1906 dans son canton d'élection. Après avoir été employé dans différentes entreprises de la région, ce dernier fonda son propre chantier dès 1914. D’abord ouvert comme la plupart de ses confrères à tous types de construction navale, y compris les bateaux de pêche et de transport, Auguto Pedrazzini profita de l’avènement d’une ère économique plus propice aux loisirs pour se spécialiser dans les canots à moteur, et plus particulièrement après la Deuxième Guerre mondiale. Il fut alors brillamment secondé par son fils Ferruccio qui apporta un vent de renouveau et de créativité aux modèles classiques produits par le chantier familial. Lorsqu’il prit la succession de son père, il créa plusieurs canots très originaux dont le SuperLeggera hors bord, un petit chef d’œuvre de design des années 1950. Puis ce fut le Capri, le premier véritable runabout de luxe du chantier. Cette première série inaugura une longue lignée de variantes suivant l’évolution du marché et des modèles proposés par ses concurrents et voisins sur le lac de Zurich, au premier rang desquels on citera Portier, Faul (Swiss Craft) et surtout Boesch. Mais, alors que Portier se spécialisait de plus en plus dans la voile et que Boesch tendait à « industrialiser » sa production, Pedrazzini est toujours resté une petite firme artisanale où les bateaux, sur commande, sont entièrement réalisés à la main avec un luxe de détails et de finitions qui en font tous des objets d’exception. Aujourd’hui, c’est le fils de Ferruccio, Claudio qui préside aux destinées de Pedrazzini Yacht und Bootswerft, toujours situé à Bäch, plus de cent ans après sa fondation. Chaque unité demande en moyenne neuf mois de travail. Contrairement aux constructeurs italiens de runabouts en bois des années 1950 et 1960 qui s’inspiraient toujours des créations de chez Riva, les chantiers des lacs suisses, même d’origine italienne comme Pedrazzini ont préféré mettre au point des modèles originaux et très reconnaissables. On notera, en particulier, des francs-bords hauts avec des murailles très verticales, des angles généralement vifs et une grande sobriété dans l’accastillage. Le modèle présenté dans la collection constitue une synthèse entre le runabout utility classique, très prisé pour le ski nautique en vogue dans les années 1960 et un bateau à moteur plus moderne avec une coque en V profond et une transmission à embase Sterndrive. Ainsi équipé, le Cavallino a connu un joli succès comme modèle familial, non ostentatoire et facile d’utilisation avec sa mécanique américaine « increvable » et compacte, ne demandant que peu d’entretien. Le lac de Zurich est moins connu des Français que le lac Léman mais il constitue un plan d’eau extrêmement actif pour la plaisance, voile et moteur, avec des milliers de bateaux dont beaucoup de classiques en bois, nés sur le lac et qui ne l’ont jamais quitté. La région qui le borde est aujourd’hui une des plus prospères de Suisse. Le visiteur ne peut manquer d’être frappé par le contraste entre la modernité des activités des cantons riverains et le solide maintien des traditions nautiques. En effet, le Zurichsee est doté de nombreux ports et chantiers mais compte aussi les deux derniers constructeurs de runabouts en acajou, Boesch et Pedrazzini, toujours en pleine activité. La présence de ces émouvants chantiers centenaires remplis de souvenirs et qui fleurent bon les vernis à bois, toujours aux mains des familles fondatrices, est réconfortante quand on connaît les prix astronomiques du mètre carré constructible au bord du lac.

Témoignage événementiel ou d’une activité révolue :

X

Autres éléments remarquables :

X

Chronologie :

X

En savoir + sur ce navire

Site internet :

PARTAGER CETTE FICHE NAVIRE