IDENTIFICATION

Année de labélisation : 2007
Renouvelé en date de : 2015,2019
Non renouvelé en date de :
Anciens Noms :
Numéro de francisation : NC
N° Immatriculation : 514 090 U
Quartier d'immatriculation : LR
Type, série, ou nom local : Monotype rochelais
Protégé au titre des Monuments Historiques : oui

Localisation

Localisation (département) : 17
Port d’attache habituel : LA ROCHELLE
Chantier d’hivernage : Chantier DESPIERRES, LA ROCHELLE

Caractéristiques

Genre : Maritime
Usage à l'origine : Plaisance
Mode de propulsion (à l'origine) : voile
Mode de propulsion (actuel) : voile
Architecte : Paul MERLE
Chantier constructeur : VERNAZZA puis GRASSWILL (LA ROCHELLE)
Année de construction (ou mise en service) : 1926
Longueur hors tout : 7m40
Longueur coque : 7m40
Longueur flottaison : 5m50
Largeur Maître bau : 1m95
Tirant d’eau : 1m10
Tirant d’air : 10 m
Déplacement (tonnes) : 1,75 t
Jauge administrative (tonneaux) : 3,13 tx

Description

Coque / à propos :

Racer bordé en chêne à franc bord sur membrures accacia.  

Coque / état actuel :

En restauration ; mise à l'eau prévu pour mi-octobre 2007  

Pont et superstructures / à propos :

Flushdeck en lames de pin.  

Pont et superstructures / état actuel :

Identique aux plans d'origine.  

Gréement / à propos :

Marconi 7/8e ; mât et bôme en spruce.  

Gréement / état actuel :

Identique aux plans d'origine  

Voilure / à propos :

Pas d'information à ce jour ; recherches en cours.  

Voilure / état actuel :

Grand'voile et foc ; état de navigation.  

Emménagements / à propos :

Pas d'information à ce jour ; recherches en cours  

Emménagements / état actuel :

2 bannettes de mer  

Moteur(s) / type, puissance, année :

NEANT

Intérêt Patrimonial

Témoignage humain :

« Le Yacht », n° 2868. Année 1938 (…) La société des Régates Rochelaises, l’une des plus anciennes sociétés nautiques de France, puisqu’elle a été fondée en 1860, a, au cours d’une réunion récente, décidé la création d’un monotype d’un prix modéré, réunissant cependant les qualités nécessaires pour naviguer facilement et avec sécurité dans la rade de La Rochelle. (…) Pour fixer les caractéristiques du monotype rochelais, il a semblé normal, sans perdre de vue qu’il s’agissait de réaliser un bateau d’un prix modéré, de se baser sur manière dont se comportent certains petits yachts naviguant depuis quelques années, dans les eaux de La Rochelle et les pertuis. En observant ces bateaux, dans certaines circonstances, on a pu établir que la longueur minimum doit être de l’ordre de 7 mètres. D’autre part, bien que pour les monotypes la vitesse ne présente qu’un intérêt relatif, puisque ces bateaux sont appelés, dans les régates à se mesurer entre eux, on a pensé que le monotype rochelais devait être un bateau rapide, pouvant aisément, dans les promenades-croisières, suivre des yachts plus importants. (…) Les plans établis sur ces bases sont ceux d’un petit bateau marin, rapide et stable, de formes assez puissantes, (…). Le franc-bord élevé procure une bonne défense dans le clapotis et une grande réserve de flottabilité de l’avant, particulièrement appréciable, quand on navigue, au louvoyage, dans la mer courte des pertuis.

 

Témoignage technique ou conceptuel :

Témoignage événementiel ou d’une activité révolue :

Autres éléments remarquables :

Chronologie :

Dossier d’inscription aux quais du Musée Maritime de La Rochelle (…) Construit en bois en 1950 à partir d’un plan Merle par les chantiers Vernazza et terminé par la famille Grasswill, il a initié à la voile de nombreux rochelais et a fait naitre bien des passions et continue de nos jours à faire découvrir ou redécouvrir à des anciens comme à des jeunes les plaisirs de la voile. (…) Mis à l’eau en 1950, le Chantalaube a régaté dans les pertuis charentais et a gagné avec M. Grasswill de nombreuses coupes à Fouras, La Rochelle, La Flotte, Saint Martin, Ars, … A cette époque, il y avait très peu de bateaus de plaisance et encore moins de bateaux de régates ; cela lui a permis de naviguer avec de fameux adversaires comme, par exemple, Toribio, 8mJI, qui avait appartenu au roi d’ Espagne et fut racheté par M. Lebon, armateur à La Rochelle en 1950, Marie Cristine qui a appartenu à M. Menu, Arianne, bateau appartenant à M. Albrèche. (…)

 

En savoir + sur ce navire

Site internet :

PARTAGER CETTE FICHE NAVIRE