Nom du navire

CHAT-PARD

Année de labellisation

2014

Renouvelé en DATE DE

2018

Anciens Noms (éventuels)

Shadok

Numéro de francisation :

SO

N° Immatriculation

E60613

Quartier d'immatriculation

NA Nantes

Type, série, ou nom local

Quillard de sport de la série des CHAT

Protégé au titre des Monuments Historiques :

non

Site internet

amerami.org/plaisance/item/chat-pard.html

Année d’acquisition du navire :

1987

Genre :

Maritime

Usage à l’origine :

Plaisance

Mode de propulsion (à l'origine)

voile

Mode de propulsion (actuel)

voile

Architecte :

Gaston Grenier

Chantier constructeur

Abo, Finlande

Année de construction (ou mise en service) :

1934

Longueur hors tout :

5 m

Longueur coque :

5 m

Longueur flottaison :

4m20

Largeur Maître bau :

1,63 m

Tirant d’eau :

0,75 m

Tirant d’air :

7,56 m

Déplacement (en tonnes) :

0,50 t

Jauge administrative (en tonneaux) :

NEANT

Coque : type de construction, matériaux, formes particulières...

Coque en forme bordée à franc-bord, virures en acajou rivetées sur membrures ployées en acacia. Lest en plomb

 

Coque : état actuel

Bon état

 

Pont et superstructures : description, matériaux

Pont en pin d’orégon

 

Pont et superstructures : état actuel

Bon état

 

Gréement : type, mâture, gréement courant, dormant, matériaux

Voilier Marconi. Mât avec un étage de barres de flèche et bastaques.

 

Gréement : état actuel

Bon état

 

Voilure : description, surfaces, matériaux

Une GV et un foc, surfaces : 17,10 m2 polyester

 

Voilure : état actuel

Bon état

 

Emménagements : description, matériaux

Pas d’emménagements

 

Emménagements : état actuel

SO

 

Moteur(s) : type, puissance, année

NEANT

Témoignage humain :

Le Chat est créé en 1921 par Gaston Grenier pour des yachtmen de la Baie de Saint-Malo et prend le nom de «Monotype Nord-Breton». Très vite, la série se développe en Normandie et dans la région parisienne où le Cercle de la Voile de Paris fait du Chat son monotype de base, suivi peu après par le Yacht Club de l’Ile de France. Avant la guerre de 1939, la série des Chat est la série française la plus active et l’une des plus nombreuses, avec 170 unités. La guerre porte un coup terrible à cette jolie série en détruisant la presque totalité de ses unités à Dinard, à Ouistream ou dans le garage du Y.C.I.F. à Meulan. D’autre part le coût élevé de la construction du Chat fait perdre à l’époque tout espoir de renaissance de la série. C’est fort dommage car le Chat est un excellent petit bateau, marin, rapide en rivière, évolutif et sûr. Il a constitué le bateau école de toute une génération de bons barreurs. Depuis 1979 il se terrait dans les bas-fonds de la Citadelle de Port-Louis sous la sauvegarde de l’Association AmerAmi. En 2000 il est débusqué par les chercheurs de l’association Sequana. Pour seul indice, ils ne disposaient que d’une plaque indiquant  » Åbo Båtvarf Finland – 4291″. Le chantier a disparu et la ville Åbo a changé de nom pour Turku. La consultation des archives du chantier, a permis de montrer que le numéro 4291 était erroné et correspondait en fait à la commande N°3291. Le chantier Åbo, créé en 1889, a cessé ses activités en 1954 après avoir construit environ 5000 bateaux et un seul Chat. Le premier nom de Shadok était en fait Chat-Pard. Il est né en 1934, sa première propriétaire est Nicole André. Le chat N° 108 va se conduire comme un véritable prédateur. En 1934, après un été à Bénodet, Mlle André est deuxième de la finale du championnat du CVP et championne du CVP en solitaire. En 1935 son palmarès s’étoffe : – barré par Jean-Jacques Herbulot, associé à Desouches, Chat-Pard gagne l’épeuve la plus cotée des Chat : le Mémorial Georges Tissier, remportant trois manches sur quatre devant 35 enragés ; – il termine quatrième au grand prix de l’Armistice et sixième du Grand Prix du CVP. En 1937, barré par Laverne, il gagne le Grand Prix du CVP et Mlle André est troisième au Championnat National par points. Puis c’est la guerre. Les gens ont d’autres chats à fouetter. Les dériveurs modernes : Sharpie de 9m2 et 11m2, Caneton, Bélouga, font que pendant des années on perd la trace de Chat-Pard. Il ressort en 1968 sous le nom de Shadok avant d’être donné en 1979 à l’Association AmerAmi par un Mr Piednoir et de partir pour le purgatoire à la forteresse de Port-Louis d’où il sort en 2001 pour être restauré par l’association Sequana. AmerAmi a convenu que Shadok devait reprendre son nom d’origine. Restauré en moins de 10 mois à Sequana, Chat-Pard a été remis à l’eau le 23/06/2002 Depuis sa restauration Chat-Pard a repris le chemin des rivières et de la mer. En 2003 la nièce de Nicole ANDRE le retrouve par hasard avec son mari lors d’une régate à Dennemont dont le Président était François Garnier l’un des restaurateurs. Ce fut un grand moment d’émotion, d’autant plus que Pascale ANDRE disposait de sa tante de nombreux souvenirs et d’effets personnels. Depuis ces retrouvailles, Pascale, son mari Bernard ANDRE et François GARNIER se sont vus confier la gestion du bateau par l’association AMERAMI. Il leur appartient de promouvoir l’association, d’entretenir et de faire naviguer le bateau. Chat-Pard participe entre autres chaque année au RV de l’Erdre à Nantes et ses très bons résultats font penser qu’il n’a rien perdu de sa fougue malgré toutes ses années, bien au contraire… Nous en profitons pour remercier tous ceux qui ont contribué à la renaissance de ce bateau ceci grâce à l’association AMERAMI dont le but est la sauvegarde du patrimoine maritime français, grâce à l’association SEQUANA, mais aussi à ces hommes passionnés et dévoués.

 

Témoignage technique ou conceptuel :

La série des Chats est directement issue du Monotype Nord Breton dessiné par Gaston Grenier en 1921. Après une polémique au sujet de la propriété des plans, deux ans plus tard, les yachtmen du CVP et de l’YCIF adoptent ce bateau qui prend la suite des Monotypes de Chatou. Il offre l’avantage, entre autres, de donner plus de travail et de responsabilité à l’équipier. Cette décision a contribué au succès du bateau. C’est la série la plus nombreuse entre les deux guerres. La construction de Chats se poursuivra après la seconde guerre mondiale (185 exemplaires en 1955) La série des Chats a légèrement évolué au fil du temps. Le safran primitivement accroché au tableau arrière se retrouve articulé sur l’étambot. En 1928 le lest passe de 115 kg à 140 kg en même temps la surface de voilure passe de 15.88m2 à 17.10m2

 

Témoignage événementiel ou d’une activité révolue :

Jean Jacques Herbulot s’est illustré à la barre de Chat-Pard tout comme son confrère François Sergent sur son « Chat-soeur ».

 

Chronologie des propriétaires, modifications ou rénovations importantes connues

1934 : Premier propriétaire Nicole ANDRE son nom était alors CHAT-PARD, 1968 : Réapparition du bateau sous le nom de SHADOCK. 1979 : Donation par M. PIEDNOIR à l’Association AMERAMI 2001 : Restauration par l’association SEQUANA. L’association AMERAMI décide que SHADOCK devait reprendre son nom d’origine : CHAT-PARD. 23 juin 2002 : Fin de la restauration de CHAT-PARD – Remise à l’eau. 22 septembre 2003 : Retrouvailles de CHAT-PARD par la nièce de Nicole ANDRE. 2007 : l’association AMERAMI confie l’exploitation de CHAT-PARD à Pascale ANDRE, Bernard ANDRE et François GARNIER. Depuis 2007, participation régulière aux RV de l’Erdre (Nantes), La Belle Plaisance à Bénodet (le berceau de CHAT-PARD), le rassemblement de Douarnenez, la semaine du Golfe du Morbihan…

 

Localisation : Département

56

Localisation : Port d’attache habituel

Le Crouesty – Arzon

Chantier d’hivernage :

Hangar privé

Photo n°1 (OBLIGATOIRE)

image

Photo n°2 (obligatoire)

image

Photo n°3 (obligatoire)

image

Photo n°4 (obligatoire)

image